Rondinara : l’une des plus belles plages de Corse vue de l’espace

Amateurs de plages de rêves, Rondinara est faite pour vous ! Cette baie magique en forme de coquillage et aux eaux turquoises subjugue même depuis l’espace.

is_corse_rondinara_v3

La Corse vue de l’espace grâce au satellite Pléiades (CNES, 2016)

Sable blanc, eau cristalline aux reflets turquoise, maquis préservé… Les atouts de la baie de Rondinara se révèlent sur cette image acquise par les satellites Pléiades le 24 avril 2014. Comme son nom l’indique, elle est quasi-ronde se terminant par 2 massifs de roches rouges : la pointe de Rondinara au sud et la pointe de Prisarella au nord.

2 îles devenues presqu’îles

Mais avant d’être reliées à la côte, ces 2 pointes étaient des îles. Elles ne sont devenues presqu’îles que lors de la dernière régression marine et leur raccordement à la plage de Rondinara par des tombolos, des cordons de sable et de graviers. Comme le souligne le Conservatoire du Littoral (cf ce pdf à télécharger): ”pour arriver à ce chef-d’œuvre naturel, un long processus géomorphologique fut nécessaire. Contournant inlassablement les obstacles et charriant en douceur les sédiments marins, le patient jeu des courants en sera l’élément majeur.”

Une plante emblématique de Méditerranée : la Posidonie

Sur le fond sableux de la baie croît lentement l’herbier de posidonie, une plante à fleurs (et non une algue) aux longues feuilles rubanées. Essentiel à l’équilibre du milieu marin, cet herbier produit de l’oxygène, abrite pontes, larves et alevins et constitue l’habitat et la source de nourriture de nombreuses espèces : oursins violets, étoiles de mer, hippocampes mouchetés… Fragile, cet herbier emblématique de la Méditerranée est particulièrement sensible à l’arrachage provoqué par les ancres des bateaux. Pour le préserver, leur mouillage doit se réaliser en zones sableuses où se trouve bien le seul bateau (quel chanceux !) visible sur notre image satellite. Les étés, ils sont bien plus nombreux.

Images Pléiades (crédits : CNES 2016, Distribution Airbus DS)

Référence: CNES, 2016